Mais qui est l’auteur·ice d’une biographie privée ?

Quand on transforme une histoire imaginaire, vécue ou entendue en ouvrage littéraire au sens le plus large du terme, il semble évident qu’on en est l’auteur·ice. Pourtant, dans le cas d’une biographie privée, la question se pose :

Qui en est l’auteur·ice ?

Est-ce la personne qui raconte sa propre histoire ou celle qui l’écrit ?

Est-ce celle qui apporte la matière ou celle qui la met en forme ?

Pour moi, la réponse est claire. L’auteur·ice de la biographie est cell·ui qui ressent le besoin de partager sa vie, d’en faire un livre. 

En tant que biographe privée, je n’en suis, au mieux, que la co-autrice.

Mais alors, pourquoi ne pas parler d’autobiographie ? 

C’est là toute la beauté de la chose. L’autobiographe se débrouille seul·e avec ses souvenirs, sa chronologie, son style, sa manière. L’écriture même fait partie, pour l’autobiographe, de la matière qu’iel souhaite transmettre.

L’auteur·ice de la biographie privée choisit ses souvenirs, transmet ses valeurs, raconte, fait entendre sa voix. Cependant qu’ une tierce personne organise son récit, transpose sa parlure en écriture sans intervenir autrement que par sa plume.

Cette tierce personne c’est moi, sa biographe privée. 

Le mot « privée » a, ici, toute son importance. 

Il ne signifie pas que je suis privée de dessert (ça me ferait mal), mais il me distingue des biographes (tout court) qui s’attellent à la vie des personnes illustres.

Faisant souvent œuvre d’historien·ne, chaque biographe (tout court) a une volonté, une intention en entreprenant de retracer le parcours de son personnage.

Chaque biographe (tout court) apparaît dans son œuvre, par le choix des éléments mis en relief, par l’éclairage apporté sur cette vie qui n’est pas la sienne mais dont iel propose une interprétation. Son récit se fait d’ailleurs à la troisième personne.

Les biographies privées sont à la première personne. Ce « je » est celui du·de la narrateur·ice et aussi celui de l’auteur·ice. Une plume n’a pas besoin de pronom personnel.

Je suis née dans un taxi. Ma mère m’a tant de fois raconté cette histoire que j’ai aujourd’hui des images précises dans ma tête. Un peu comme si j’avais assisté à la scène, un peu comme un témoin extérieur. Témoin de ma propre naissance

Mais non, pas moi, je suis née dans une maternité, c’était juste un petit extrait, pour l’exemple.

Alors? Elle n’est pas belle ma vie de biographe privée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité de ce site