Écriture inclusive ?

Comme vous l’aurez sans doute remarqué (ou pas si vous y êtes déjà tellement habitué·e), ce blog est rédigé dans une tentative d’écriture inclusive. Je sais que je pourrais mieux faire encore en la matière mais je tiens à ce que la lecture reste aisée pour tou·te·s, y compris celleux qui ne seraient pas familiarisé·e·s avec cette façon d’écrire.

Surtout que nous sommes loin du consensus en matière d’écriture… et d’inclusion… 

La lecture des ouvrages d’Éliane Viennot (entre autres) et du Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, publié en 2016 par le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, m’a vraiment mis le pied à l’étrier. Puisque des règles existaient, et qu’elles avaient un sens tant historique que linguistique, je pouvais apporter mon petit caillou à l’édifice.

Je suis terriblement consciente de la nécessité de posséder un code commun pour nous permettre d’échanger confortablement et aussi très attachée à l’histoire de la langue française. 

Ce qui pourrait paraître en contradiction avec ce choix de l’écriture inclusive. Pourtant, c’est assez cohérent.

La langue se modifie de façon naturelle sous l’influence de l’oral et de ses simplifications, des apports étrangers, de l’évolution des modes de vie.

Mais, parfois, ces modifications sont forcées, imposées selon des présupposés parfois fort discutables (et c’est un euphémisme).

Ainsi, lorsque l’Académie française a tranché pour l’accord au masculin, elle l’a fait en vertu du principe que : « Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin, à cause de la supériorité du mâle sur la femelle »[1]. Ben voyons ! Avant cela, l’accord de proximité ou de quantité était la règle et cela ne rendait pas la langue moins simple ou moins logique.

On voit bien ici qu’il n’est pas question d’une forme neutre permettant d’alléger le texte mais bien d’une prise de position résolument sexiste et excluante. Et il n’est encore question que d’une division binaire des sexes et genres. 

Le lien entre langue et construction du monde n’est plus à démontrer et si une société constate que sa langue ne tient pas compte de sa réalité, l’évolution s’imposera. Reste à savoir si nous avons tou·te·s envie d’une société égalitaire qui ne laisserait pas des représentations toxiques invisibiliser une part importante des personnes qui la composent. 

À vrai dire, ce choix complique un peu la saisie de mes textes. Insérer le point médian, lutter contre les corrections automatiques et les forcer plusieurs fois avant que la forme que je propose soit admise.

Je dois aussi accepter de ne pas être consensuelle, d’attirer sur moi les foudres de mes collègues correcteur·ices et rédacteur·ices qui jugent souvent cette mode inesthétique, embarrassée et pas toujours fidèle à nos chères règles orthographiques et grammaticales. Il est vrai que corriger un texte long rédigé en écriture inclusive ou épicène peut provoquer quelques migraines. 

Cependant, j’essaye de rester fidèle à mes valeurs et d’agir dans le sens du monde que je souhaiterais léguer. Je tente d’accompagner l’évolution de ma langue natale de la même manière que je fais attention à mes déchets et à ma consommation. 

Bien sûr, lorsque je rédige pour autrui, je m’en tiens encore aux règles communément admises.

Je dois avouer que nul·le ne m’a encore jamais demandé de rédiger une biographie en écriture inclusive et que si je devais le faire, cela me demanderait sûrement une concentration et une réflexion supplémentaires. Mais ce ne serait sûrement pas plus difficile que d’écrire en alexandrins, après tout, les règles de métrique sont bien plus contraignantes que celle d’écriture inclusive.

J’espère qu’un jour nous rirons de ce débat. 


[1] Nicolas Beauzée, grammairien membre de l’Académie française 1717-1789

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité de ce site